Chargement en cours.... Le chargement dépend de votre vitesse de connexion.

Les vins argentins challengent la concurrence !

Si l’histoire des vins argentins remonte au 16e siècle avec l’arrivée des missionnaires Espagnols qui y cultivèrent les premières vignes, ce n’est qu’au 19e siècle, grâce à une forte immigration, que l’industrie se développe à grande échelle tournée avant tout vers une production de masse (vins de table).

Mais depuis les années 80, une révolution viticole a transformé le secteur : la croissance et la modernisation ont placé le pays au rang de 5e producteur de vin mondial avec plus de 200 000 ha de vignes. 70% du vin produit en Argentine provient encore de la province de Mendoza, le berceau de l’industrie. Alors que le pays a une des consommations locales les plus importantes parmi les pays du Nouveau Monde (hémisphère sud principalement), l’Argentine bénéficie d’une notoriété croissante à l’international.

La qualité au cœur du développement viticole

En devenant un des pays producteurs incontournables, l’Argentine a su attirer de nombreux producteurs talentueux qui ont œuvré pour la qualité. Par ailleurs, les premières zones viticoles (San Juan, La Rioja, San Raphael et certaines zones de la province de Mendoza) situés dans des zones souvent trop chaudes ou aux sols fertiles, ont été abandonnés au profit de zones plus élevées (1000-1200m) au sol mieux drainé et moins fertile, telles que les zones de Lujan de Cuyo (proche de Mendoza), de Tupungato dans la vallée de Uco (sud de Mendoza) qui possèdent des terroirs à fort potentiel.

Le pays se tourne également de plus en plus vers la viticulture de précision et l’identification de terroirs spécifiques. Dès 1987, Lujan de Cuyo (province de Mendoza) obtient la première dénomination d’origine contrôlée (DOC) d’Argentine, garantissant la provenance des raisins et imposant des normes de qualité.

Un contexte politique et économique propice à l’export des vins argentins

Bien que les argentins consomment l’essentiel de leur production en vin (9e exportateur mondial), la tendance pourrait bien changer ! Avec l’arrivée du nouveau président Mauricio Macri en décembre 2015, la taxe de 5% sur l’exportation a été supprimée, accompagnée d’une dévaluation du peso de 35%. Une étape importante pour encourager les exportations de vins argentins dans un contexte de concurrence internationale accrue, comme son voisin le Chili, qui a augmenté son volume de vins de 38% ces 4 dernières années.

Une topographie et un climat favorables à la vigne 

La plaine (pampa) argentine ne se prêtant guère à la viticulture, l’essentiel des vignes se trouve à l’ouest du pays, sur les contreforts des Andes, à une altitude moyenne de 500 m. Cette élévation permet de produire des vins équilibrés avec un bouquet aromatique prononcé. Les variations de température entre le jour (très chaud) et la nuit (fraîche) peuvent atteindre 20° permettant de  ralentir la maturation des raisins qui conservent ainsi leur acidité et leur complexité aromatique.

Ces conditions climatiques doublées de faibles taux d’humidité et de précipitation, permettent une culture saine de la vigne peu touchée par les maladies, et par conséquent, nécessitant peu de traitements et favorisant l’agriculture biologique.

Cette quête de fraîcheur permet également de varier les cépages cultivés avec l’introduction notamment de Pinot Noir, de Chardonnay et de Sauvignon blanc, permettant une plus grande diversité de styles des vins argentins.

Les cépages emblématiques de l’Argentine 

Malbec :

Cépage roi de l’Argentine introduit au 19e et d’origine française, le Malbec règne en maître dans la région de Mendoza. Il produit des vins rouges au bouquet intense de fruits noirs et d’épices douces qui donnent des vins charnus, gourmands, aux tanins soutenus mais souples, destinés à la garde. Si l’on doit retenir un seul vin argentin, c’est celui-là !

Cabernet Sauvignon et Merlot :

Les deux autres cépages rouges phares de l’Argentine sont le Cabernet Sauvignon et le Merlot. Le Cabernet est présent dans toutes les régions viticoles argentines et exprime des caractéristiques différentes selon la localité. Par exemple, les arômes de fruits noirs seront plus prononcés dans les vins du nord-ouest, tandis que la minéralité ressortira davantage dans les régions plus australes. Les cabernets argentins sont des alternatives intéressantes aux cabernets californiens bien plus chers. Le Merlot, l’un des cépages les plus cultivés, est planté dans les zones plus froides et donne des vins fruités et appréciables dans leur jeunesse.

Torrontes :

Représentant 15% de la production totale, le succès des vins blancs se développe fortement, tant sur le marché locale qu’à l’export. Le principal cépage de la catégorie est le Torrontes, cultivé essentiellement dans la vallée de Cafayate, au nord-ouest du pays (province de Salta) dans les plus hauts vignobles du monde, jusqu’à 3000 m d’altitude. Introduit par les jésuites au 18e siècle, ce vin aromatique offre au consommateur des arômes de fruits tropicaux et de rose et se rapproche du gewürztraminer.

Quelques vins argentins à découvrir

Catena Zapata – Malbec : arômes de fruits rouges et noirs (cerise, mûre, cassis), avec des notes de vanille, de chocolat et d’épices. Bel équilibre avec une touche minérale, longue finale.

Accords gourmands : côte de boeuf, gratin de légumes

Terrazas de los Andes – Cabernet Sauvignon : notes de fruits rouges et noirs, d’épices douces, de vanille avec une touche de minéralité. Tanins souples.

Accords gourmands : Chili con carne, tagliatelles aux truffes

O.Fournier Urban Uco – Torrontes : arômes d’ananas, pamplemousse, pêche, litchi, rose ainsi que des notes de gingembre. Rond et souple avec une finale sur la fraîcheur.

Accords gourmands : enchiladas au poulet, salade d’été, fromage de chèvre

Laisser un commentaire